Weil Simone

3 février 1909-24 août 1943
Jacques Duifresne

Soeur cadette d'André Weil, un enfant prodige qui allait devenir un grand mathématicien, fille d'un médecin qui adhérait aux dogmes positivistes de la science de son époque, Simone Weil (1909-1943 )a eu la rigueur comme langue maternelle; une rigueur alliée, dès le plus jeune âge à une passion de l'absolu qui inspira le commentaire suivant au philosophe Gustave Thibon, l'ami à qui elle avait confié ses principaux manuscrits. «Elle connaissait, elle vivait la distance désespérante entre «savoir» et «savoir de toute son âme» et sa vie n'avait pas d'autre but que d'abolir cette distance». Cette passion de l'absolu la conduisit à l'usine, puis à la guerre d'Espagne, puis en Italie, dans les lieux, Assise en particulier, qui avaient inspiré saint François. Elle devait mourir en Angleterre, où elle était venue, après un détour par les États-Unis, conduite par son désir de se rapprocher de ses compatriotes. Et à trente-quatre ans, en dépit d'une vie très active et d'une migraine qui ne lui laissait guère de répit, elle avait accompli une oeuvre dont on n'a pas encore mesuré l'ampleur et la qualité. Albert Camus, celui qui a publié plusieurs de ses oeuvres, (Oppression et liberté, L'Enracinement, La Condition ouvrière, Pensées sans ordre concernant l'amour de Dieu) dans la collection Espoir chez Gallimard, a écrit à son sujet: «Il me paraît impossible d'imaginer pour l'Europe une renaissance qui ne tienne pas compte des exigences que Simone Weil a définies».

Simone Weil ou la synthèse de la méthode et de la purification

«La méthode dans les sciences, la purification dans la vie personnelle sont les deux conditions de la vérité. Si vous négligez la première, vous n'aurez de vous-mêmes et du monde qu'une image floue; si vous négligez la seconde, le savoir essentiel, qui donne sens à la vie, vous échappera toujours, votre science se limitera à l'enchaînement des faits et des signes abstraits.

L'Occident moderne a négligé la purification. Il en est résulté cet univers intellectuel, dont nous sommes à la fois les responsables et les victimes, où le mot vérité ne conserve de sens que dans les sciences, tandis que le domaine du sens est abandonné à l'opinion subjective: "Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà!"».

Simone Weil a souffert constamment, et de façon aiguë, de ce rétrécissement du domaine de la vérité. Sa vie, comme son œuvre, auront consisté en un effort continu pour rétablir la légitimité de la rigueur intellectuelle dans la vie intérieure et celle de l'inspiration dans les sciences.

Source et suite

Articles


Simone Weil et les crises actuelles

Jacques Dufresne
Les familiers du réseau des sites de L'Agora connaissent l'importance que nous attachons à Simone Weil. Nous soulignerons le centième anniversaire de sa naissance dans l'esprit où nous avons toujours évoqué son oeuvre jusqu'à ce jour: en nous

Simone Weil et la tradition dualiste - Troisième partie

Jacques Dufresne
Simone Weil et Platon

Simone Weil et la tradition dualiste- Deuxième partie

Jacques Dufresne
Simone Weil et les religions dualistes

Simone Weil et la tradition dualiste- Première partie

Jacques Dufresne
Simone Weil et Alain

À lire également du même auteur

Ressentiment
Première version 2001

Paideia
Première version 2001

Pacifisme
L'expression contradictoire militant pacifiste définit bien le pacifisme. Il consiste en

Liberté
Étrange liberté où tout est dans le choix plutôt que dans la connaissance




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ