L'épidémiologie en Angleterre et au Québec

Jacques Dufresne
Voici un bel exemple d'un fait dont on n'aura d'autant moins tenu compte qu'il aura été plus solidement établi.
Au XXe siècle, l'Anglais Thomas McKeown est l'un des maîtres de cette discipline consistant à établir des corrélations entre l'incidence des maladies et divers facteurs de risque, comme le milieu de travail, le sexe, l'état social, etc. Étendant ce type d'analyse à l'ensemble du domaine de la santé, McKeown démontra, au début des années soixante, que la première cause de l'amélioration de la santé de ses compatriotes de 1838 à nos jours n'avait pas été la médecine curative, mais des facteurs comme le contrôle de la croissance démographique, l'amélioration de la nourriture et l'assainissement de l'environnement. Des études analogues, faites dans une perspective historique, ont permis à un démographe de l'Université de Montréal, M. Hubert Charbonneau, de démontrer qu'au XVIIIe siècle, l'espérance de vie était plus élevée au Canada que sur le vieux continent. La principale explication retenue est une sélection naturelle particulièrement dure.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Les ailes du texte: un regard kikuyu sur le style
Dans La ferme africaine, Karen Blixen raconte la fascination qu'exerçait le coucou de son

Une école inspirée
Nous avons le choix entre une école inspirée ou une école planifiée.

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.
Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Scie

Journal de l’été 2021. 2) Rapport du GIEC et Jeux olympiques
Le dernier rapport du GIEC sur les changements climatiques, plus alarmiste encore que les pré

La philosophie aujourd’hui, par Marco Jean
Philosopher aujourd’hui pour retrouver la valeur intrinsèque des choses par-delà

Journal de l’été 2021. 5) L’ Afghanistan des talibans
La leçon sur les imprévus de l’histoire qu’on peut en tirer




En marge de la Conférence de Glasgow