Saint-Simon Henri (Comte de)

1760-1825
Temps cyclique et temps linéaire dans la conception de l'histoire de Saint-Simon

«Celui toutefois qui a été le propagateur le plus enthousiaste et probablement le plus influent du progressisme de Condorcet a été amené, quoique en termes assez vaguement définis, à réintroduire dans sa théorie de l'histoire une structure qui, à certains égards, s'apparente aux conceptions cycliques. Le comte de Saint-Simon s'est fait avec une conviction sans doute inégalée le héraut des promesses de bonheur que le futur réserverait à l'humanité grâce aux applications bénéfiques des sciences, non seulement celles bien connues des sciences physiques mais surtout celles des sciences humaines qui, à ses yeux, ne pouvaient manquer de s'imposer dans un proche avenir. Pour étayer ses idées à ce sujet, il faisait observer que la science serait bientôt en état d'exercer un rôle social décisif dans la mesure où un "corps scientifique" mieux organisé allait certes parvenir sous peu à se substituer au clergé religieux dans l'exercice d'un « pouvoir spirituel » capable d'équilibrer efficacement le « pouvoir temporel ». Quant à ce "pouvoir temporel", exercé jusque-là par le roi, ses ministres, la noblesse et les militaires, Saint-Simon ne tardera pas à trouver la façon de le confier lui aussi à de meilleures mains. Tout comme le pouvoir spirituel gagne à être exercé par les savants plutôt que par les prêtres, le pouvoir temporel gagnerait à être exercé par les véritables producteurs de la richesse, les industriels, dont Saint-Simon se fera l' apologète dans de nombreux écrits, passablement répétitifs, tout au long de sa carrière. Quoi qu'il en soit, ce qu'il importe de souligner ici, c'est que, aussi résolument tournée vers l'avenir qu'elle ait pu l'être, la pensée de Saint-Simon prenait volontiers appui sur l'expérience acquise dans le cadre de la chrétienté médiévale pour reconstituer à nouveaux frais un « nouveau système » structuré de façon analogue, mais appelé, grâce au progrès scientifique, à dépasser de loin son modèle, lequel se voyait, en quelque sorte, associé à un cycle inférieur de l'organisation sociale. En esquissant le plan d'une société nouvelle, société qu'il finira d'ailleurs par présenter comme un "nouveau christianisme" qui "aura sa morale, son culte et son dogme" de même que "son clergé" — Saint-Simon invitait littéralement l'humanité à reprendre à neuf, sur la base encore sous-exploitée qu'offrait la science moderne, la tâche consistant à mettre en place une structure sociale caractérisée à la fois par sa cohésion et par son efficacité

MAURICE LAGUEUX, Actualité de la philosophie de l'histoire, Presses de l'Université Lava, Québec, 2001. p.93



Articles récents

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.