Impartialité ne signifie pas impassibilité

Thomas Chapais

Ces lignes, extraites de l'avant-propos d'un cours sur la période des Rébellions de 1837-1838, évoquent quelques-unes des qualités que devraient posséder, selon Chapais, l'historien qui se penche sur des périodes troublées. S'il se doit, en raison des exigences de son métier, d'être impartial, il n'est pas souhaitable qu'il bannisse toute subjectivité de ses écrits.

« … l’une de nos plus vives préoccupations au cours de ces études a été de nous astreindre rigoureusement à cette impartialité qui doit être la loi de l’histoire. Cependant impartialité ne signifie pas impassibilité, et nous espérons que nos lecteurs ont pu s’en rendre compte. Tacite a écrit : ‘L’historien qui fait vœu d’une fidélité incorruptible doit parler de chacun sans amour et sans haine’. De chacun? soit; mais de toute chose? non pas. Dans le récit des événements, dans l’appréciation des hommes, des idées, des aspirations et des divergences nationales, nous osons nous flatter d’avoir écrit sans haine; mais nous ne réclamons pas le douteux mérite d’avoir été sans amour. Le souci de l’équité n’est pas incompatible avec l’attachement profond à la foi, à la langue, aux institutions, aux libertés civiles et religieuses de la nationalité dont l’historien retrace les fluctuations et les fortunes. Si l’amour de la vérité et le sens de la justice ne permettent pas à celui-ci de dissimuler les erreurs commises par leurs défenseurs, ni d’outrer la censure encourue par leurs adversaires, ces nobles causes ne lui en sont pas moins chères et sacrées. Et ni leurs échecs ni leurs victoires ne sauraient le laisser sans douleur ou sans joie. Aurions-nous tort de penser qu’en parcourant ces volumes nos lecteurs ressentiront cette impression? Nous en avons au moins l’espoir? Ajoutons-y le vœu que l’effort énergique accompli par l’auteur pour chasser le préjugé de son esprit et bannir l’hostilité de son cœur ne fasse que rendre son œuvre plus utile à la nationalité dont il est le fils très humble, mais très profondément dévoué ».

Québec, 15 février 1923

Autres articles associés à ce dossier

L'histoire du Canada «à rebrousse-poil»

Stéphane Stapinsky

Compte rendu du recueil: Stanley Bréhaut Ryerson, un intellectuel de combat, sous la direction de Robert Comeau et Robert Tremblay, Éditions Vents d




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.