Embourgeoisement et gentrification

Office de la langue française du Québec
«La question étant d'actualité, l'Office québécois de la langue française a le plaisir de vous transmettre l'information terminologique suivante sur les mots embourgeoisement et gentrification, extraite de son Grand dictionnaire terminologique (www.oqlf.gouv.qc.ca).»
L'embourgeoisement est la transformation socio-économique d'un quartier urbain ancien engendrée par l'arrivée progressive d'une nouvelle classe de résidents qui en restaure le milieu physique et en rehausse le niveau de vie. Cette réoccupation du quartier par les classes aisées se fait souvent à la suite d'opérations de rénovation et de revalorisation urbaine.

L'embourgeoisement est parfois perçu comme un processus négatif parce qu'il a souvent pour effet d'exclure d'un quartier les personnes qui appartiennent à des classes sociales moins nanties.

Le mot gentrification (que certains emploient en français) est un emprunt dérivé du mot anglais gentry qui désigne la petite noblesse dans le système social anglo-saxon. Cet emprunt est déconseillé en français parce que son sens est obscur pour qui ne connaît pas l'anglais et qu'il est difficile de le rapprocher d'autres mots français modernes. Qui plus est, les acteurs du processus d'embourgeoisement appartiennent à des classes sociales aisées, mais évidemment pas à la petite noblesse. Il présente aussi l'inconvénient qu'en l'empruntant, on risquerait de devoir emprunter également d'autres mots qui seraient de la même famille : le verbe gentrifier et le nom gentrificateur, par exemple.

Par ailleurs, il est intéressant de noter qu'au nom embourgeoisement, terme normalisé par l'Office québécois de la langue française, correspond déjà le verbe embourgeoiser, s'embourgeoiser.

Embourgeoisement, communiqué de presse de l'Office de la langue française du Québec, 9 janvier 2004

Autres articles associés à ce dossier

Servitudes du bourgeois

Jules Michelet

Le bourgeois, issu du peuple, de la paysannerie, ne tarde pas à s'en isoler. «Plus de contact avec le peuple. Il ne le connaît plus que par les gaz




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ