La jeune Parque

Paul Valéry
Écrite au plus dur de la guerre, et contre son angoisse, La Jeune Parque fut conçue comme un exercice propre à mettre en oeuvre bien des recherches théoriques des Cahiers, et à initier en retour d’autres réflexions, mais également comme le tombeau d’une langue qui se travaillerait selon les plus strictes contraintes classiques.
source: http://rafale.worldnet.net/~ganesh/valery.html (lien désactivé)
    « [...] Tout puissants étrangers, inévitables astres
    Qui daignez faire luire au lointain temporel
    Je ne sais quoi de pur et de surnaturel;
    Vous qui dans les mortels plongez jusques aux larmes
    Ces souverains éclats, ces invincibles armes,
    Et les élancements de votre éternité,
    Je suis seule avec vous, tremblante, ayant quitté
    Ma couche; et sur l'écueil mordu par la merveille,
    J'interroge mon coeur quelle douleur l'éveille,
    Quel crime par moi-même ou sur moi consommé?...
    [...] »

    Autres articles associés à ce dossier

    Les idées et les astres

    Jacques Dufresne

    Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas une chose qu'elle n'existe pas.

    Tout puissants étrangers

    Paul Valéry

    Valéry invoque ci-dessous un lointain temporel qui évoque la relativité d'Einstein.

    À lire également du même auteur

    Le cimetière marin
    Μή, φίλα ψυχά, βίον ἀ

    Trois caractères distinctifs du français
    Passage tiré de: «Introduction aux images de la France», dans Regards sur le monde actuel, Paris,

    Tout puissants étrangers
    Valéry invoque ci-dessous un lointain temporel qui évoque la relativité d'Einstein.

    Patience dans l'azur
    «Tout ce qui n'est pas de l'éternité retrouvée est du temps perdu.» (G.Thibon) Je ne vois pas

    Louanges de l'eau
    L'eau, métaphore de l'intelligence.

    Lettre sur Mallarmé
    « M. Paul Valéry a écrit pour un volume, consacré à Stéphane Mallarmé, que doit publier proch




    En marge de la Conférence de Glasgow