Mallarmé vu par Paul Claudel

Chronique des lettres françaises
Évoque la contribution de Paul Claudel à un "Hommage à Stéphane Mallarmé" paru dans la livraison du 1er novembre 1926 de la Nouvelle Revue Française.
Pour Paul Claudel, Mallarmé, avec Baudelaire et Poe, appartenait à la tradition d’Hamlet. « Il s’est trouvé au XIXe siècle une lignée parfaitement déterminée de trois poètes, dont la grande nuit métaphysique, qui est non pas le néant mais le silence de la lumière (Dante) était pour ainsi dire le climat spirituel, elle formait la condition même de leur parole et de leur œuvre, le fond nécessaire à leur apparition. » C’est Igitur qui autorise Paul Claudel à joindre Mallarmé à cette lignée malheureuse. Mallarmé du moins est le premier qui se soit placé devant l’extérieur, non pas comme devant un spectacle, ou comme un thème à devoirs français – à la façon de Flaubert, Zola, Loti, Huysmans – mais comme devant un texte avec cette question : « Qu’est-ce que cela veut dire? »

« Question qui, pour lui, d’ailleurs, comportait non pas une réponse, non pas une explication, mais une authentification par le moyen de cette abréviation incantatoire qu’est le Vers, comme le savant dit qu’il a expliqué un phénomène quand il en a fourni un dessin schématique…

L’aventure d’Igitur est terminée et avec la sienne celle de tout le XIXe siècle. Nous sommes sortis de ce fatal engourdissement, de cette attitude écrasée de l’esprit devant la matière, de cette fascination de la quantité. Nous savons que nous sommes faits pour dominer le monde et non pas le monde pour nous dominer.

… Nous savons que le monde est en effet un texte et qu’il nous parle, humblement et joyeusement, de sa propre absence, mais aussi de la présence éternelle de quelqu’un d’autre, à savoir son Créateur »…

Autres articles associés à ce dossier

Lettre sur Mallarmé

Paul Valéry

« M. Paul Valéry a écrit pour un volume, consacré à Stéphane Mallarmé, que doit publier prochainement M. Jean Royère une préface que nous som

Stéphane Mallarmé et l’idée de décadence

Remy de Gourmont

"Brusquement, vers 1885, l'idée de décadence entra dans la littérature française; après avoir servi à glorifier ou à railler tout un group

Ce qui reste de Mallarmé

Remy de Gourmont


Apparition

Stéphane Mallarmé

Le crépuscule du romantisme?

À lire également du même auteur

Sur la correspondance de Mérimée et de Viollet-le-Duc
À propos de la publication de cette correspondance dans l’édition des Œuvres complètes

La lecture est-elle un vice?
Discussion des idées exprimées par l'écrivain français Valery Larbaud au sujet de la lecture.

Joseph de Maistre et la guerre
Un résumé des idées du célèbre théoricien contre-révolutionnaire savoyard sur le problème de




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ