Freud et les moralistes

Jacques Dufresne

Il y a toujours eu en médecine une tradition où, sans s'appuyer sur un système comme celui de Freud, on s'efforçait, parfois plaisamment, de déjouer les ruses de l'inconscient.

Les grands moralistes, de Sénèque à La Rochefoucauld, avaient habitué leurs lecteurs à apercevoir des vices cachés derrière des vertus apparentes. «Nos vertus ne sont le plus souvent que des vices déguisés», disait La Rochefoucauld. Nietzsche, l'auteur à qui Freud a fait le plus d'emprunts, poussa très loin cette lucidité décapante. «Voyez, disait-il, avec quel air d'envie la chienne sensualité mendie un morceau d'esprit quand on lui refuse un morceau de chair».

Chez ces auteurs, le mensonge à soi-même est une catégorie morale. Il devient chez Freud une catégorie psychologique à usage médical. Il y a cependant toujours eu en médecine une tradition où, sans s'appuyer sur un système comme celui de Freud, on s'efforçait, parfois plaisamment, de déjouer les ruses de l'inconscient. Comme ce médecin de famille dans Le docteur invraisemblable, de l'Espagnol Ramon Gomez de la Serna (1): «J'ai eu une malade qui vint me voir une fois guérie; elle était furieuse après moi, et me demandait de lui rendre sa maladie, celle que je lui avais enlevée; sans sa maladie, elle se sentait de trop dans la vie; je l'avais escroquée; c'était comme si j'avais fait avorter la naissance de son enfant, cet enfant de vieille fille que la maladie est parfois. Je la congédiai poliment, sans m'irriter, lui disant que le mal la reprendrait sans doute».

Note:
1) GOMEZ de la Serna, Ramon, Le docteur invraisemblable, Paris, Éditions Gérard Lebovici, 1984, p. 225

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Les ailes du texte: un regard kikuyu sur le style
Dans La ferme africaine, Karen Blixen raconte la fascination qu'exerçait le coucou de son

Une école inspirée
Nous avons le choix entre une école inspirée ou une école planifiée.

Science, bon sens, complotisme et science critique. En compagnie de Pierre Biron.
Science sans critique est ruine de la raison. Science sans bon sens est ruine du sens « Scie

Journal de l’été 2021. 2) Rapport du GIEC et Jeux olympiques
Le dernier rapport du GIEC sur les changements climatiques, plus alarmiste encore que les pré

La philosophie aujourd’hui, par Marco Jean
Philosopher aujourd’hui pour retrouver la valeur intrinsèque des choses par-delà

Journal de l’été 2021. 5) L’ Afghanistan des talibans
La leçon sur les imprévus de l’histoire qu’on peut en tirer




En marge de la Conférence de Glasgow