De la conversation

Cicéron

Il faut y mettre de l’agrément et fuir l’obstination. Surtout que personne ne s’empare de la parole comme d’un terrain qui lui appartient, et n’essaye d’en exclure les autres. Il est bon qu’en cela, comme dans tout le reste, chacun ait son tour.

Il faut aussi remarquer le moment où la conversation cesse d’intéresser, et, de même qu’on a pris son temps pour la commencer, on doit la savoir finir à propos.

Autres articles associés à ce dossier

La conversation et l'art de vivre français

Jacques Chardonne

Extrait d'une lettre à Marcel Arland, en date du 4 juin 1950, publié dans Ce que je voulais vous dire aujourd'hui de Jacques Chardonne.

Un nouveau langage amoureux

Theodore Zeldin

L'auteur plaide en faveur d'une conversation amoureuse par l'exemple de son absence.

À lire également du même auteur




En marge de la Conférence de Glasgow