Le héros de l'absurde

Jacques Dufresne

Il y eut le héros de la charité, le saint, puis le héros de l'absurde, celui qui lutte contre la peste sans autre raison que la poésie de cette lutte. Ce dernier semble fatigué. Qui le remplacera?

Heureusement nous savons tous qu'il n'est pas nécessaire de croire pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. Il nous reste la poésie de l'absurde. Nous pouvons combattre la peste de la même manière que le Dr Rieux dans le célèbre roman d'Albert Camus.
Pour se transformer en action féconde et durable, cette poésie exige une force morale doublée d'une force de caractère qu'on ne peut espérer trouver que dans une toute petite minorité. Ce qui explique pourquoi ou bien les héros de l'absurde sont fatigués, ou bien ils n'existent plus en nombre suffisant. Faut-il attendre le retour des héros de la charité, c'est-à-dire des saints?
La grande nouveauté dans nos rapports avec le monde, c'est que la vie est devenue objet de compassion, cette vie dont il y a quelques décennies à peine les manifestations sauvages étaient perçues comme une menace pour l'humanité. Par extension, le monde et Dieu lui-même sont devenus objets de compassion. Parmi les témoins de ce renversement des perspectives, il y a Simone Weil et Gustave Thibon deux auteurs attachés à la Provence de Giono. Ils parlent de Dieu comme d'un être pauvre et faible. Ils ont avec Lui le même rapport qu'Elzéar Bouffier avec la vie absente de sa vallée.
Le héros de l'absurde devient ainsi un héros de la compassion. C'est l'amour de la vie qui transforme le héros de l'absurde en héros de la compassion. Dans ce contexte, les plus faibles et les plus pauvres parmi les hommes, les grands malades mentaux et les grands handicapés deviennent les messagers de Dieu. Ils deviennent pour nous l'équivalent de ce qu'étaient les étrangers pour les Grecs. Dans la grande littérature grecque, ces étrangers auxquels on doit tous les égards sont toujours des êtres normaux ou mieux encore des êtres qui, comme Ulysse ressemblent à des dieux, et c'est en partie par la crainte qu'inspirent les dieux plutôt que par compassion qu'on les accueille avec respect.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

Au Naturel, un commerce intégral à Sutton
Gratitude de clients qui sont aussi des commensaux

Pâques et les calendriers
Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le z&eacu

Anthologie-Amour
Chez les Grecs et les Romains de l'Antiquité, savoir et sentir étaient indissociab

Les talismans intérieurs Vol 1
J’appelle talismans intérieurs ces souvenirs nourriciers qui ressurgissent en nous au m

Les consolations de Noël
Les hommes ont chanté et dansé  en des temps généralement plus durs

La liberté, le mal, la vie, la mort
L’invasion de l’Ukraine par les Russes en 2022 est, comme le fut celle de l‘Irak p

Ehud Qimron, un nouveau Semmelweis ?
Qimron à ses collègues: Vous avez refusé d'adopter la "Déclarat




En marge de la Conférence de Glasgow