Mémoire

Essentiel

L'essentiel

«Il y a une science de la mémoire: psychologues et neurologues, spécialistes des sciences cognitives s’emploient à la faire avancer rapidement. Il existe aussi une philosophie, une phénoménologie de la mémoire. Mais le plus souvent, dans un cas comme dans l’autre, les recherches se font dans une perspective à la fois mécaniste et utilitaire. (...)

Qu’un tel modèle rende compte de bien des aspects de la mémoire humaine, on ne saurait en douter. N’importe qui est en mesure de vérifier l’efficacité des procédés mnémotechniques. (...) Il existe de nombreux exemples de génies doués d’une telle mémoire: mais de fous également, ce qui nous rappelle que cette mémoire dont nous avons besoin pour rester en contact avec le réel peut aussi nous en éloigner.

C’est en tournant notre attention du côté du par coeur, compris dans une perspective organique et non dans une perspective mécanique, que nous avons le plus de chances de découvrir comment la mémoire peut contribuer à nous rapprocher du réel.

C’est dans l’amour que s’opère le rapprochement réel entre deux êtres. La mémoire est aux ordres du coeur, comme on l’a vu. On peut inverser cette pensée: le coeur, et l’amour dont il est le siège, est aux ordres de la mémoire, d’une mémoire que l’amour rend créatrice. (...)

Dans l’amour, dans l’amitié, mais aussi dans la simple conversation animée avec des inconnus pour lesquels on éprouve de la sympathie, même la personne la moins douée pour la parole créatrice peut faire l’expérience d’une mémoire vécue comme un humus, d’où peuvent jaillir vers le jour, vers la conscience, des associations (de souvenirs, d’images, etc.) et des pensées originales.

Cette mémoire n’est ni un entrepôt, ni un atelier, mais plutôt un écosystème tel l’humus, ou un marais hébergeant une très grande variété d’êtres vivants. Une mémoire ainsi conçu se confond avec la vie elle-même (...)»

Jacques Dufresne, Éloge du par coeur

Essentiel

L'essentiel

«Il y a une science de la mémoire: psychologues et neurologues, spécialistes des sciences cognitives s’emploient à la faire avancer rapidement. Il existe aussi une philosophie, une phénoménologie de la mémoire. Mais le plus souvent, dans un cas comme dans l’autre, les recherches se font dans une perspective à la fois mécaniste et utilitaire. (...)

Qu’un tel modèle rende compte de bien des aspects de la mémoire humaine, on ne saurait en douter. N’importe qui est en mesure de vérifier l’efficacité des procédés mnémotechniques. (...) Il existe de nombreux exemples de génies doués d’une telle mémoire: mais de fous également, ce qui nous rappelle que cette mémoire dont nous avons besoin pour rester en contact avec le réel peut aussi nous en éloigner.

C’est en tournant notre attention du côté du par coeur, compris dans une perspective organique et non dans une perspective mécanique, que nous avons le plus de chances de découvrir comment la mémoire peut contribuer à nous rapprocher du réel.

C’est dans l’amour que s’opère le rapprochement réel entre deux êtres. La mémoire est aux ordres du coeur, comme on l’a vu. On peut inverser cette pensée: le coeur, et l’amour dont il est le siège, est aux ordres de la mémoire, d’une mémoire que l’amour rend créatrice. (...)

Dans l’amour, dans l’amitié, mais aussi dans la simple conversation animée avec des inconnus pour lesquels on éprouve de la sympathie, même la personne la moins douée pour la parole créatrice peut faire l’expérience d’une mémoire vécue comme un humus, d’où peuvent jaillir vers le jour, vers la conscience, des associations (de souvenirs, d’images, etc.) et des pensées originales.

Cette mémoire n’est ni un entrepôt, ni un atelier, mais plutôt un écosystème tel l’humus, ou un marais hébergeant une très grande variété d’êtres vivants. Une mémoire ainsi conçu se confond avec la vie elle-même (...)»

Jacques Dufresne, Éloge du par coeur

Articles


Le cerveau archive ses vieux souvenirs

Communiqué de presse du Département des sciences de la vie du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de France: «Quelle mémoire pour l'hippocampe ? Pour la première fois, une équipe de chercheurs d'une unité mixte CNRS/universi

Éloge du par coeur

Jacques Dufresne

La mémoire du visage

Anonyme
Extrait d'une prière prononcée lors de funérailles.

La mémoire informatique au service de l'homme

Jean-Gabriel Ganascia
Résumé d'une intervention, lors des «Transversales du CNRS» ayant pour thème «Mémoires», le 25 janvier 2000. Initiées par la Délégation à l'Information Scientifique et Technique du CNRS, résolument pluridisciplinaires et conviviales, ces

La mémoire: mécanismes cellulaires et moléculaires

Serge Laroche
Résumé d'une intervention, lors des «Transversales du CNRS» ayant pour thème «Mémoires», le 25 janvier 2000. Initiées par la Délégation à l'Information Scientifique et Technique du CNRS, résolument pluridisciplinaires et conviviales, ces

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ