L'enfant

Rabindranath Tagore
Où l'on voit que l'absence de choix en amour n'équivaut pas à l'absence de poésie.
Ce n'est encore qu'une enfant, Seigneur.
Elle court autour de ton palais, elle essaie de faire de toi aussi un joujou.
Elle ne prend pas garde à ses cheveux décoiffés, ou à ses vêtements négligés qui traînent dans la poussière.
Elle s'endort sans répondre quand tu lui parles-la fleur que tu lui donnes le matin, lui glissant des mains, tombe dans la poussière.
Lorsque la tempête éclate et que le ciel est plongé dans l'obscurité, elle ne dort plus; ses poupées éparpillées sur le sol, elle s'accroche à toi, de terreur.
Elle craint de ne pas bien te servir.
Mais tu la regardes jouer en souriant.
Tu la connais.
Cette enfant assise dans la poussière est l'épouse qui t'est destinée; ses yeux s'apaiseront, se feront plus graves, deviendront amour.

Autres articles associés à ce dossier

Enfants des écrans: des troupeaux sans berger

Georges-Rémy Fortin

Dans le contexte mondialisé actuel, dans quelle mesure les parents peuvent-ils encore s’imposer comme maîtres et modèles de

Conseils à Tiarko Richepin

Raoul Ponchon

À tous les enfants menacés d'être privés de leur enfance.

À lire également du même auteur

Ma vie n'est qu'amour
Cet amour par qui l'on connaît l'autre et qui, en même temps, protège son mystère. À rapprocher




En marge de la Conférence de Glasgow