Le préposé aux éloges

Honoré de Balzac
Passage extrait de: Monographie de la presse parisienne (1842)
Dans tous les journaux, il y a le préposé aux éloges, un garçon sans fiel, bénin, et qui fait de la critique une boutique de lait pur. Sa phrase est ronde et sans aucune espèce de piquants. Il a pour état de louer, et il loue avec une infinité de tours aussi désagréables qu'ingénieux; il a des recettes pour tous les cas, il pile la rose et vous l'étend sur trois colonnes avec une grâce de garçon parfumeur; ses articles ont l'innocence des enfants de choeur, dont l'encensoir est dans les mains. C'est fade, mais c'est agréable à celui que l'article concerne. Les directeurs de journaux sont très heureux d'avoir sous la main un rédacteur de ce genre. Quand il faut louer un homme à outrance, on le livre au thuriféraire. Malheureusement, à la longue, les abonnés reconnaissent ce genre, et ne lisent plus ces tartines azymes.

Autres articles associés à ce dossier

Le critique médiocre

Remy de Gourmont


La critique littéraire

Antoine de Rivarol


À lire également du même auteur

Le Colonel Chabert
Un roman troublant malgré la légèreté du ton. Une des premières oeuvres de l'auteur, qui était

La sensibilité aux amis
L'amitié serait-elle dans l'ordre moral un synonyme d'empathie?

La passion de collectionneur de Sylvain Pons
Passage extrait de: Les parents pauvres. 2. Le cousin Pons (1847)

La comédie humaine
Balzac était immense, comme son oeuvre, dans laquelle il a cherché à rendre les principes naturel

L'homme naturel et l'homme civilisé
Balzac définit en quelques mots ce qui distingue l'homme naturel, le Sauvage comme il l'appelle, de




En marge de la Conférence de Glasgow