De l'antislamophobisme

Pierre-Jean Dessertine

Petit exercice d'hygiène mentale à l'occasion des embourbements actuels concernant l'islamophobie.

   Être antislamophobique (anti-islamophobique, et les ii fusionnent), c'est être contre ceux qui sont contre l'islam.

   Première remarque : la phobie est une maladie psychique assez handicapante – une névrose – qui implique le refus de côtoyer une réalité qui échappe à la volonté de la personne qui est affectée.
   Donc il est vain de militer pour s’opposer à une phobie, il faut soigner en offrant bonne oreille au patient pour mettre à jour les nœuds inconscients qui ont amené à cette expression pathologique.
   Admettons que le radical [-phobisme] soit une exagération visant un effet d’annonce, et gardons ainsi la possibilité qu’on puisse militer contre l’islamophobisme. Que peut signifier cette prise de position ?
   Car être contre une réalité idéologique – une religion est toujours idéologique en ce qu’elle veut imposer une vision du Bien Commun – est d’emblée ambigu. On peut être contre l’islam parce qu’on est chrétien, ou bouddhiste, ou bien athée, agnostique, etc., ce qui change complètement le sens de son opposition.
   Mais quand on est contre ceux qui sont contre, on entre dans une ambiguïté puissance deux ! Car est-on également contre chaque type d’opposants à l’islam ? Et pourquoi ? Que veut-on exactement en s'opposant ?
   D’où le pataquès des signataires antislamophobiques qui, tardivement, découvrent qu’ils ne pourront pas aller manifester.
   Vraiment, quand on est contre une option idéologique, il faut se demander pourquoi, pour parvenir à formuler clairement le pour de ce [pour-]quoi.
   Et on engage à signer et à aller manifester en faveur de ce « pour » !
   Pour ma part, je ne suis pas contre l’islamophobie, je suis pour la laïcité, la non dogmatique, celle qui organise la tolérance pour l’affichage de la multiplicité des affiliations religieuses, et autres appartenances idéologiques, dans l’espace public.

   C'est la meilleure politique pour progresser vers cette diététique de la croyance si nécessaire aujourd'hui.

À lire également du même auteur

Le sens et le courage du lointain
À propos d’une citation de Tocqueville : « Je tremble, je le confesse, qu

Petite histoire de la fin de l’histoire
Les projets totalitaires d'une fin heureuse de l'histoire ayant échoué, à quelles conditions une

Au-delà de l'activisme
"Une certaine confusion règne encore, mais encore un peu de temps et tout s'é

Tant de paires d'yeux orphelines !
Le port généralisé du masque sanitaire, qui est une solution de santé pu

Le don d’organe et la question de l’identité
Désormais plusieurs milliers de transplantations d’organe sont réalisées

Peut-on renoncer à l’idée de progrès ?
Peut-on progresser dans la définition du progrès? Oui car la clarté n'a pas

Morale du tri intraitable
Dialogue sur la très sensible question du tri des patients en période de crise sanitai

L’avenir peut-il être transhumaniste ?
Il s'agit ici d'analyser l'idée même de transhumanisme, son incohére




En marge de la Conférence de Glasgow