Intimité avec le monde

Victor Hugo
Nous savons désormais que la terre n'est pas le centre du monde. La connaissance du monde par les sens et le géocentrisme, l'anthropocentrisme naïfs qui en découlent, n'en constituent pas moins une expérience bien réelle, même pour l'homme moderne comme en témoignent ces vers de Hugo écrits trois siècles après la révolution copernicienne.
Parfois, lorsque tout dort, je m'assieds plein de joie
    Sous le dôme étoilé qui sur nos fronts flamboie;
    J'écoute si d'en haut il tombe quelque bruit;
    Et l'heure vainement me frappe de son aile
    Quand je contemple, ému, cette fête éternelle
    Que le ciel rayonnant donne au monde la nuit.

    Souvent alors j'ai cru que ces soleils de flamme
    Dans ce monde endormi n'échauffaient que mon âme;
    Qu'à les comprendre seul j'étais prédestiné;
    Que j'étais, moi, vaine ombre obscure et taciturne,
    Le roi mystérieux de la pompe nocturne;
    Que le ciel pour moi seul s'était illuminé!

Autres articles associés à ce dossier

Le monde comme oeuvre d'art: une critique

Jocelyn Giroux

«Mon cher Jacques, je te propose ce texte qui n’est que la suite d’une conversation que nous entretenons depuis plus de trente ans. Puisse-t-elle

Le cosmos selon Pythagore

Jacques Dufresne


La danse cosmique

Theodor Gomperz


L'astronome et l'astrologue

Jacques Dufresne


À lire également du même auteur

Le bonheur de l'homme à pied
La marche et la rêverie, voire la réflexion, font bon ménage.




En marge de la Conférence de Glasgow