Ostéoporose

"L’ostéoporose est une maladie caractérisée par la raréfaction de la masse osseuse et la détérioration de la micro-architecture du tissu osseux, qui entraînent une fragilité osseuse accrue et, par conséquent, une augmentation du risque de fracture . Des examens non effractifs peuvent révéler cliniquement une masse osseuse insuffisante (ostéopénie), mais l’ostéoporose demeure asymptomatique jusqu’à ce que survienne une fracture, le plus souvent des vertèbres, du poignet ou de la hanche. Quel que soit l’âge, le risque de fracture dépend de la solidité de l’os, de l’importance du traumatisme, ou des deux. La solidité de l’os, qui dépend à son tour de la qualité et de la quantité de tissu osseux, est réduite chez les sujets atteints d’ostéoporose; le moindre traumatisme suffit alors à provoquer une fracture.

La solidité de l’os est proportionnelle à la masse osseuse ou à la densité minérale osseuse (DMO). Durant toute la vie, la DMO est la résultante de la masse osseuse maximale constituée durant la croissance et la première partie de l’âge adulte, et de la perte osseuse due au vieillissement, à la ménopause, à la maladie ou à l’usage de médicaments. Les résultats de plusieurs études récentes suggèrent que la DMO maximale est atteinte au début de la vingtaine et qu’elle dépend du sexe, de la race, de facteurs héréditaires et, éventuellement, de l’activité physique et de l’état nutritionnel de l’enfant et du jeune adulte.

L’os est un tissu dynamique en remodelage continu. La résorption et la formation osseuses sont étroitement reliées de façon que la masse osseuse demeure constante. Avec l’âge, l’équilibre entre ces deux processus se désagrège, entraînant une perte nette de tissu osseux.

L’os se compose de deux types de structures: l’os trabéculaire et l’os cortical, ou os compact. L’os trabéculaire est formé de tiges ou travées de soutien et occupe l’intérieur des vertèbres, du bassin, des os plats et des extrémités des os longs. Il constitue 20 % du squelette, mais il présente une grande surface de contact et est sensible aux variations métaboliques. L’os cortical ou compact, qui compose 80 % du squelette, recouvre tous les os; c’est le principal constituant de la diaphyse des os longs. La perte osseuse associée au vieillissement entraîne une réduction de 35 % de la masse osseuse corticale et de 50 % de la masse osseuse trabéculaire chez la femme, et de 25 % et de 35 %, respectivement, chez l’homme.

Il existerait deux formes d’ostéoporose primitive associée au vieillissement. L’ostéoporose de type I, dite postménopausique, survient chez la femme dans les 15 à 20 ans qui suivent sa ménopause. Avec la réduction de la concentration d’oestrogènes en circulation, on observe une perte rapide de la masse osseuse qui résulte de l’accentuation et du déséquilibre du remodelage osseux, la résorption devenant plus importante que la formation. La perte osseuse se manifeste principalement au niveau de la structure trabéculaire, ce qui occasionne surtout des fractures de Pouteau-Colles (poignet ou extrémité inférieure du radius) et des fractures vertébrales par tassement. Chez l’homme, on observe également une perte osseuse associée à la diminution de l’activité fonctionnelle des glandes génitales, mais l’ostéoporose de type I demeure six fois plus fréquente chez la femme que chez l’homme. La carence en oestrogènes est une conséquence naturelle de la ménopause pour toutes les femmes; toutefois, les fractures vertébrales dues à l’ostéoporose de type I ne surviennent que chez 10 à 20 % des femmes ménopausées.

L’ostéoporose de type II, ou ostéoporose sénile, atteint la moitié des femmes et le quart des hommes de plus de 70 ans. La perte d’os cortical et trabéculaire résultant de la diminution de la formation osseuse se manifeste avec l’âge tant chez la femme que chez l’homme. La perte osseuse peut commencer dès le début de la trentaine. Les fractures de la hanche et les tassements cunéiformes (des vertèbres) caractérisent l’ostéoporose de type II."

Mary Gordon et Julie Huang, Série de monographies sur les maladies liées au vieillissement. VI. Ostéoporose. Maladies chroniques au Canada, vol. 16, no 1, hiver 1995 (Santé Canada). Reproduction pour utilisation non commerciale autorisée.

Articles





Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.