Observation

On peut définir l'observation par rapport à la science, comme le fait Littré: «L'observation, note-t-il, est une procédé logique à l'aide duquel on constate toutes les particularités du phénomène en lui-même sans le troubler par l'expérimentation. Le type scientifique de l'observation est l'astronomie où l'homme est obligé de contempler seulement des phénomènes qui se passent à de très grands éloignements.»

On peut aussi définir l'observation par rapport à la contemplation. Au lieu d'être une opération distincte de l'expérimentation à l'intérieur de la méthode scientifique, l'observation est le premier moment de la contemplation. Ainsi conçue, elle trouve son accomplissement dans l'amateurisme tel que le conçoit Ernst Jünger.

Pour distinguer le chercheur de l'amateur Jünger a recours au mot révélation. «La révélation et il est à l'antipode de la connaissance. La différence consiste en ce que la nature contemplative de l'esprit cherche à se satisfaire dans la révélation et sa nature active dans la connaissance. On pourrait également dire que par la connaissance le monde se conçoit comme un travail, et grâce à la révélation, comme un jeu - ces deux mots dans la plus haute acceptation que l'on puisse leur donner.» Source et suite

Essentiel

Vue sous un certain angle, osons-le dire, l'observation est la seule forme de science vraiment pure. Dès que les théories et l'esprit de système surgissent dans les sciences, ils entraînent dans leur sillage la volonté de puissance. Connaître alors c'est déjà pouvoir.

La simple observation met le savant à l'abri de ce danger et elle a en outre l'avantage d'être à la portée de tous. C'est par elle et par elle seulement que le grand public peut s'intégrer de façon active à l'univers de la science. C'est par elle aussi que s'établit la nécessaire communication entre les savants et les citoyens ordinaires.

Enjeux

Divers facteurs, dont l'importance accrue des mathématiques dans les sciences et l'usage généralisé des ordinateurs ont pour effet de renforcer ce formalisme qui caractérise les rapports de l'homme contemporain avec le monde et avec lui-même. Le revalorisation de l'observation, dans les sciences et en éducation d'abord, est le premier remède aux maux résultant de l'excès de formalisme.

Articles


Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.