L'ère des algorithmes

Mario Pelletier

Au coeur de la cacophonie robotique du monde numérique, Mario Pelletier fait retentir une parole angoissée, une parole résolument humaine.

LES ARMÉES INVISIBLES

 

Ils avancent deux par deux

milliards de milliards de petits soldats

marchant en cadence

zéro-un  zéro-un  zéro-un

mais c’est à la vitesse de la lumière

qu’ils défilent

 

Succession innombrable de lignes codées

partitions démentielles du cyberespace

quel fol hidalgo rythme

l’infini chassé-croisé du un et du zéro

 

Comment échapper à ces armées numériques

qui nous mitraillent de bits et d’octets

et nous tiennent par la fibre optique

cœur et âme encodés

dans leurs réseaux concentrationnaires

 

Websphère ô goulag des esprits captifs

nouveau camp cybérien

des internautes internés

 

Nous

épiés  traqués  circonscrits

censurés dans le vif de l’expression

enserrés dans le prêt-à-penser

matraqués de slogans et d’étiquettes

piratés jusqu’au fond du désir

livrés aux requins du marché

qui nous saignent jusqu’à l’os

de l’imbécillité

 

Nouvelle ère glaciaire de l’esprit

nous entrons dans l’hiver de l’humain

 

La réalité abolie

est refaite à contre nature

oblitérant sexes  races  nations  histoire

faisant danser la planète en rond

autour du grand autodafé des identités

 

Emmachinant monde et nature

l’homo sapiens devenu homo deus

règne sur un peuple de robots

 

Anges infernaux de ces temps invertis

les robots ne dorment jamais

circonscrivant des milliards d’humains

maintenant les châteaux de cartes de la Bourse

et du dollar US à contre-courant de gravité

poursuivant de simulacre en simulacre

la contrefaçon du réel et du biologique

avançant par voie subliminale

leurs tentacules totalitaires

 

Qui nous sortira de la toile

des grandes araignées de la Silicon vallée

de ces alchimistes milliardaires

qui de silicium ont fait cilice d’oppression

 

Quel Samson se lèvera pour ébranler les colonnes

des cartels de la siliceuse vallée 

et mettre l’embargo sur les algos

 

Nous

destinés morts ou vifs

aux fosses communes du Big Data

nous

enrôlés de gré ou de force

dans la grande marche zombifiée

sous la dictée invisible des algorithmes

avant qu’un robot presse le bouton d’envol

des missiles hypersoniques

sûrs cavaliers de l’apocalypse.

 

 

Mario Pelletier

août 2019

LIBERTÉ AUX ABOIS

 

Où donc est ma liberté en ce monde 

en quel for intérieur me replier

pour échapper à la dévastation 

et quel ange ou quel dieu pour mon salut

peut m’emporter hors des temps maudits 

loin des tentacules invisibles des algorithmes

 

La terre craque de partout

la planète étouffée brûle 

on n’entend pas l’infinie lamentation 

des enfants violés broyés dénaturés

par les meutes post-modernes déshumanisées

partout l’infinie plainte subliminale

des morts qui ne sont plus honorés 

et des vieux parqués dans des asiles sans pitié

 

Je ne sais plus où aller dans ce siècle goulag

j’ai perdu les ailes de l’enfance

et la boussole de l’histoire

en moi crient des poètes aveugles

enfermés dans des odyssées sans issue

cernés par des vautours d’insignifiance

et plus un centimètre d’espace pour 

la pensée qui tourne sur elle-même 

dans un cachot qui s’épaissit

sous les masses de plomb de la non-pensance.

 

 

Mario Pelletier

août 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À lire également du même auteur

Le vrai Jean Le Moyne
« Luxe de sainteté ». Dans son article sur Marie de l’Incarnation ( Argumen

Philippe Grasset ou les identités contre le Système
Voici une grande fresque historique qui explique aussi bien les catastrophes écologiques que

Aquin, Mishima et la nostalgie de l'héroïsme
Fatigue culturelle, décadence nationale et auto-immolation




En marge de la Conférence de Glasgow