En voulant déculpabiliser l’argent, ce sont les très riches qu’on a déculpabilisés

Jean-Claude Guillebaud

L'auteur réfléchit sur les suites de l'affaire Cahuzac.

Voilà plusieurs dizaines d’années qu’on veut nous convaincre qu’il est temps de « déculpabiliser » l’argent et ne plus avoir honte de faire fortune. La défiance des Français à l’égard de l’argent, nous dit-on, tiendrait à un vieux fond catho qu’il est urgent d’évacuer. (Ce qui est idiot : la même défiance se retrouve dans toutes les confessions et toutes les sagesses.) Du coup, on a laissé progressivement l’argent devenir la référence ultime, la valeur clé, l’étalon le plus fiable pour mesurer le degré de réussite et de bonheur. C’est fou.

À partir du moment où l’on fait de l’argent un roi, on est moins regardant sur la façon dont il est gagné. De fait, la grande presse - y compris à gauche - a pris l’habitude de célébrer les hyper-riches comme des rockstars, et les milliardaires comme des princes charmants. En voulant déculpabiliser l’argent, ce sont ces très riches qu’on a déculpabilisés. Dans une France gagnée par la pauvreté et la précarité, la fortune a donc pu s’étaler avec une arrogance presque pornographique.

Jean-Claude Guillebaud, "Quand les cyniques font la morale", Sud Ouest, 7 avril 2013

À lire également du même auteur

Un islam critique
Le dialogue entre Musulmans et chrétiens ou héritiers de la chrétienté est non seulement possibl

Une croyance commune
Ce que dit ici Marcel Gauchet à propos de la France s'applique à la francophonie, dont on pourrait

Le déracinement par l'universel
En congédiant les différentes anthropologies qui constituent la diversité du monde, en rétrograd

Cyberculture et encyclopédisme
Jean-Claude Guillebaud reprend ici un thème cher à Michel Serres.




En marge de la Conférence de Glasgow