Écoutez la chanson bien douce

Paul Verlaine
« Écoutez la chanson bien douce
Qui ne pleure que pour vous plaire.
Elle est discrète, elle est légère :
Un frisson d'eau sur de la mousse !

La voix vous fut connue (et chère ?)
Mais à présent elle est voilée
Comme une veuve désolée,
Pourtant comme elle encore fière,

Et dans les longs plis de son voile
Qui palpite aux brises d'automne,
Cache et montre au coeur qui s'étonne
La vérité comme une étoile.

Elle dit, la voix reconnue,
Que la bonté c'est notre vie,
Que de la haine et de l'envie
Rien ne reste, la mort venue.

Elle parle aussi de la gloire
D'être simple sans plus attendre,
Et de noces d'or et du tendre
Bonheur d'une paix sans victoire.

Accueillez la voix qui persiste
Dans son naïf épithalame.
Allez, rien n'est meilleur à l'âme
Que de faire une âme moins triste !

Elle est « en peine » et « de passage »,
L'âme qui souffre sans colère,
Et comme sa morale est claire !...
Écoutez la chanson bien sage. »

Autres articles associés à ce dossier

Portrait de Verlaine

Anatole France

«Verlaine, qui est de ces musiciens qui jouent faux par raffinement, a mis bien des discordances dans ces airs de menuet, et son violon grince parfoi

Verlaine

Joris-Karl Huysmans

«Il eût fallu l'arracher de ces guêpiers, mais on l'y rencontrait rarement seul et il était difficile de lui montrer sa déchéance dans ce milieu

Romances sans Paroles

Paul Verlaine


À lire également du même auteur

Malines
Août 72

Léon Bloy
L'auteur de Sagesse rend hommage au « mendiat ingrat ».




En marge de la Conférence de Glasgow