Chanson d'hiver

Adolphe Retté
Les gais rouets s’affairent dans la salle,
Notre Dame et ses sœurs filent pour les absents –
Château d’hiver et paix claustrale,
Les flammes du foyer dansent allégrement.

Trilles printaniers raillant la neige
Les gais rouets chantent à la ronde :
« Nos doux seigneurs guerroient de par le monde;
Qui pourrait mal à ceux qu’amour protège? »

Ô Dames la folle bravade :
Des oiseaux de malheur s’abattent sur les toits…
Passent les jours, passent les mois –
Les chevaliers sont morts à la Croisade.

Notre Dame file toute seule en la salle,
Ses sœurs sont au cimetière;
Ses cheveux lui font un blanc suaire.
Notre Dame s’endort toute seule en la salle…

Écoute, écoute, ô fileuse assoupie :
Le vent s’éplore sous les porches,
Le vent de cette nuit a soufflé sur les torches,
On dirait du sang aux panoplies…

Ah! Le vent geint tout bas comme un enfant malade –
Les Chevaliers sont morts à la Croisade.

Autres articles associés à ce dossier




En marge de la Conférence de Glasgow