Lessing et le "monstrueux" Corneille

Paul Hazard
Hambourg avait voulu posséder son théâtre; et des amateurs s’étaient trouvés pour débarrasser le directeur de troupe de ce qui cause généralement sa perte, du point de vue de l’art : le souci de gagner de l’argent. A ses côtés, ils voulaient un animateur, qui, délivré de toute occupation matérielle, et n’ayant à s’occuper ni du recrutement des acteurs, ni de la scène, ni de l’administration, aurait eu pour fonction unique de guider moralement l’entreprise. Nul n’en était plus capable que Lessing ; aussi fut-il appelé. Le 22 avril 1767, il publia le premier feuilleton de sa Dramaturgie. « Elle sera une revue critique de toutes les pièces qu’on représentera ; elle suivra pas à pas tous les progrès que la poésie et l’art dramatique pourront faire ici. »
Il suivait, en effet, les pièces représentées, une à une, disant pourquoi l’Olinte et Sophronie de Cronegk n’était pas bonne, et pourquoi Le Triomphe des Honnêtes femmes, de Johann Elias Schlegel, lui plaisait, au contraire. Seulement, on n’avait guère de comédies allemandes dignes de tenir la scène ; on n’avait pas de tragédies. Alors on était forcé de recourir au répertoire français, de sorte que par une conséquence inattendue, le théâtre national de Hambourg aurait servi à consacrer la suprématie de la France, sans Lessing. Indulgent pour Regnard et pour Dancourt, sympathique au drame bourgeois de Diderot, pour la tragédie classique il était sans pitié. Elle ne mourrait donc jamais, cette orgueilleuse ? Chaque fois qu’on l’applaudissait, il montrait pourquoi on n’aurait pas dû l’applaudir ; il insistait sur ses défauts, chaque fois qu’on vantait ses mérites ; elle n’était que froideur, convention, artifice ; incapable de peindre les passions fortes, et de rendre les caractères au naturel. Certaines règles valaient une fois pour toutes, en ce sens qu’elles répondaient à des données immuables de la raison ; Aristote les avait formulées, avec la même certitude qu’Euclide avait conférée à ses propositions. Eh bien ! les Français croyaient s’y être conformés ; et pas du tout, ils les avaient travesties. En somme, tout leur théâtre était un contresens ; à proprement parler, il n’existait pas.

Lessing était obligé d’écouter, plus souvent qu’il n’aurait voulu, des tragédies de Voltaire. Qu’il s’agît de Sémiramis, ou d’Alzire, ou de Mérope (bien inférieure à celle de Maffei), elles étaient mauvaises. Eh quoi ! Voltaire encore ? — Toujours Voltaire ; et Lessing disait pourquoi : « Il n’y a pas, me semble-t-il, pour un critique, de meilleure méthode que de suivre cette maxime : qu’il cherche d’abord un adversaire à combattre ; il arrivera ainsi peu à peu à son sujet, et le reste viendra par surcroît. C’est pour cela que, dans cet ouvrage, je le reconnais franchement, j’ai pris une fois pour toutes à partie les écrivains français, et en particulier M, de Voltaire. Ainsi, cette fois encore, un léger salut, et en garde ! » Encore cette exécution ne lui suffit-elle pas, car il veut mettre à mal un autre auteur encore plus grand, le créateur même de la tragédie française : Pierre Corneille. Lessing ne peut pas souffrir qu’on l’appelle le grand Corneille : c’est le gigantesque, le monstrueux Corneille qu’il aurait fallu le nommer ; pas de grandeur où il n’y a pas vérité. Et non seulement ses tragédies sont mauvaises, mais il a voulu faire croire qu’il avait suivi les règles d’Aristote, pour se justifier après coup ; dans ses Discours, perfidement, une fois son œuvre terminée, il a interprété la pensée du philosophe grec « d’une façon radicalement fausse ». Donc Corneille est le premier corrupteur, le responsable, l’homme qui a donné au monde l’illusion que les Français avaient un théâtre, alors qu’ils n’en avaient pas. « J’ose faire ici une proposition qu’on prendra pour ce qu’on voudra : qu’on me cite une pièce du grand Corneille que je ne refasse mieux que lui ! Qui tient la gageure ? »

Personne ne l’a tenue. Le théâtre de Hambourg n’eut qu’une courte vie ; le dernier feuilleton de la Dramaturgie date du 19 avril 1769. Acrimonieuse, pédante, injuste tant qu’on voudra, elle est cependant si passionnée, si puissamment convaincue, si originale, qu’elle compte à demeure parmi les grandes œuvres de la critique. Elle a marqué un moment historique : elle est la révolte ouverte contre le génie français, nié jusque dans sa gloire suprême, le théâtre. A la place occupée par Corneille, Racine, Voltaire, Lessing mettait Shakespeare, le « géant », qui était, par rapport à la tragédie française, ce qu’une fresque est à une miniature ; il appelait même à son secours la Comedia espagnole, parce qu’elle n’était pas conventionnelle, et qu’elle traduisait une âme indomptée. Tant il fallait de compagnons à Lessing irrité, Anglais, Espagnols, à côté des Allemands, pour combattre le prestige de la France.

Autres articles associés à ce dossier

Corneille

Émile Faguet


Corneille libertin

Jean-Pierre Cavaillé


Le Cid

Pierre Corneille


Portrait littéraire : Pierre Corneille

Charles-Augustin Sainte-Beuve


Génie de Corneille

Ferdinand Brunetière

Après avoir déterminé la place de Corneille dans l'évolution de la tragédie classique, et jugé en lui l'historien et l'artiste, Brunetière essa

À lire également du même auteur

Bossuet et ses combats
À côté du Bossuet dans sa majesté souveraine, Paul Hazard nous montre un autre Bossuet: humilié




Articles récents

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.