De l'usage des auteurs anciens

Michel Montaigne

Montaigne justifie dans ce passage l'usage abondant qu'il fait des auteurs anciens. Imitation, pédanterie, qu'on lui a d'ailleurs souvent reprochées? Chez Montaigne la culture est avant tout affaire de jugement. Celui qui consiste à faire place aux plus grands que nous, celui qui consiste également à parler lorsque les anciens n'ont plus rien à dire ou que leurs paroles n'ont pas survécu à leur époque.

L'Histoire, c'est plus mon gibier, ou la poésie, que j'aime d'une particulière inclination. Car, comme disait Cléanthe, tout ainsi que la voix contrainte dans l'étroit canal d'une trompette, sort plus aiguë et plus forte, ainsi me semble-t-il que la sentence, pressée aux pieds nombreux de la poésie, s'élance plus brusquement et me fiert d'une plus vive secousse. Quant aux facultés naturelles qui sont en moi, de quoi c'est ici l'essai, je les sens fléchir sous la charge. Mes conceptions et mon jugement ne marchent qu'à tâtons, chancelant, bronchant et choppant; et quand je suis allé le plus avant que je puis si ne me suis-je aucunement satisfait; je vois encore du pays au-delà, mais d'une vue trouble et en nuage, que je ne puis démeler. Et, entreprenant de parler indifféremment de tout ce qui se passe présente à ma fantaisie et n'y employant que mes propres et naturels moyens, s'il m'advient, comme il fait souvent, de rencontrer de fortune dans les bons auteurs ces mêmes lieux que j'ai entrepris de traiter, comme je viens de faire chez Plutarque tout présentement son discours de la force de l'imagination, à me reconnaître, au prix de ce gens-là, si faible et si chétif, si pesant et si endormi, je me fais pitié ou dédain à moi-même. Si me gratifié-je de ceci, que mes opinions ont cet honneur de rencontrer souvent aux leurs; et que je vais au moins de loin après, disant que voire. Aussi que j'ai cela, qu'un chacun n'a pas, de connaître l'extrême différence d'entre eux et moi. Et laisse, ce néanmoins, courir mes inventions ainsi faibles et basses, comme je les ai produites, sans en replâtrer et recoudre les défauts que cette comparaison m'y a découverts. Il faut avoir les reins biens fermes pour marcher de front à front avec ces gens-là. [...]

C'étaient deux contraires fantaisies. Le philosophe Chrysippe mêlait à ces livres, non les passages seulement, mais des ouvrages entiers d'autres auteurs, et, en un , la Médée d'Euripide; et disait Apollodore que, qui en retrancherait ce qu'il y avait d'étranger, son papier demeurerait en blanc. Epicure au rebours, en trois cents volumes qu'il laissa, n'avait pas semé une seule allégation étrangère.

Autres articles associés à ce dossier

Religion et littérature québécoise

Denise Lemieux-Michaud

Littérature et imaginaire religieux, une coexistence insolite

La littérature et la désacralisation du monde présent

Philippe Muray

Passage d'une entrevue parue dans Webdo sous le titre "Philippe Muray: Soleil noir de la littérature" (propos recueillis par Pierre-André

À lire également du même auteur

Transparence
Qui possède la science des amis?

De la tristesse
Certains philosophes, parmi eux Montaigne, se sont fait un devoir de ne laisser aucune emprise à la

De l'instruction des enfants
A la demande de la comtesse de Gurnon qui sera bientôt mère, Montaigne développe ses vues sur l'i




En marge de la Conférence de Glasgow