« Le Vinci nous réconcilie avec notre espèce »

Joséphin Péladan
On n’admire pas Léonard comme un simple Vélazquez. On l’aime si on le comprend, et l’amour toujours s’extasie à mille points indifférents pour le commun. […]

Le Vinci figure un miroir enchanté où tout homme peut trouver des motifs de courage et d’espoir. Puisque l’humanité a fleuri tellement sous ses traits il ne faut désespérer ni d’elle, ni de soi.

Le Vinci nous réconcilie avec notre espèce, avec nous-mêmes ! Cet homme pour qui rien n’a été propice et qui ne fut traité qu’une seule fois selon son mérite, par le roi de France; cet Aristote dont il ne reste que des aphorismes et des exclamations; cet artiste dont pas une œuvre intacte n’a survécu, et qui avec un seul dessin l’emporte sur tous les dessins sans exception; ce héros, suivant une expression ironiquement commune à cette heure, se dresse en incomparable professeur d’énergie : il a vaincu le temps et ses rivaux – et quels rivaux ! – Sa gloire chaque jour s’augmente d’un rayon; déjà il nomme son siècle, demain il nommera son art; ensuite il nommera l’apogée de l’intelligence humaine.

Autres articles associés à ce dossier

Le Code Da Vinci ou comment tromper l'ennui des masses

Jean-Philippe Trottier

Critique du film tiré du polar à succès, le «Code Da Vinci», de Dan Brown

Léonard de Vinci: l'artiste

Gabriel Séailles

Première partie de l'article de Gabriel Séailles sur «Léonard de Vinci». Pour l'auteur, chez Léonard, l'artiste et le savant ne font qu'un. Son

Léonard de Vinci: le savant

Gabriel Séailles

Seconde partie de l'article de Gabriel Séailles sur «Léonard de Vinci». Comment la démarche scientifique de Léonard anticipe celles de Bacon et

Léonard de Vinci: les manuscrits

Gabriel Séailles

Troisième partie de l'article de Gabriel Séailles sur «Léonard de Vinci». L'auteur retrace l'historique de la diffusion et de la publication des




En marge de la Conférence de Glasgow