Décès de Jean-Paul Desbiens - Hommages de la classe politique québécoise


Le Québec est en deuil de l'un de ses grands bâtisseurs

Québec, le 24 juillet 2006

Au nom du gouvernement du Québec, le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, M. Jean-Marc Fournier, a offert ses condoléances aux proches et aux membres de la famille du frère Jean-Paul Desbiens, décédé hier.

«Le Québec est aujourd'hui en deuil de l'un de ses grands bâtisseurs. Bien connu pour son franc-parler et son style pamphlétaire, Jean-Paul Desbiens a été l'un des précurseurs de la Révolution tranquille. Les insolences du Frère Untel ont contribué de manière significative à une importante prise de conscience collective quant à la nécessité de pallier certaines déficiences du système éducatif québécois et de rehausser le niveau de ce dernier, notamment en ce qui a trait à l'enseignement du français», a déclaré le ministre Fournier.

«Dans les années 1960, M. Desbiens a oeuvré à la réforme du système scolaire. En effet, il a aidé le Québec à se doter d'un réseau d'éducation moderne de qualité et accessible à tous. Il a notamment été directeur de l'enseignement primaire et secondaire au tout nouveau ministère de l'Éducation du Québec. Il a aussi collaboré à la mise en place des cégeps», a conclu le ministre.


"Un homme de conviction" - André Boisclair

Montréal, le 24 juillet 2006

Le Frère Untel nous a quittés, mais il restera de lui un héritage considérable dont les Québécoises et les Québécois se rappelleront. Essayiste, penseur et philosophe, Jean-Paul Desbiens a provoqué, grâce à ses écrits et à son formidable sens critique, une véritable prise de conscience chez de nombreux Québécois.

Le chef du Parti Québécois a tenu aujourd'hui a souligné l'oeuvre de Jean-Paul Desbiens : "Grand défenseur de la langue française, grand artisan de la mise en place de notre système d'éducation, Jean-Paul Desbiens aura été un acteur important de la Révolution tranquille et de l'affirmation de notre identité nationale. Aujourd'hui, le Québec perd un homme de conviction, animé par un sens du devoir irréprochable", a conclu André Boisclair.

A sa famille et à ses proches, le chef du Parti Québécois tient à offrir ses plus sincères condoléances.

Autres articles associés à ce dossier

Une recension historique d'un petit grand livre

Marcel Brisebois

En 1960, un petit livre paraissait qui devait devenir un grand livre sous la signature insolite… d’un inconnu : FRÈRE UNTEL. La paruti

L'école en douze points

Jean-Paul Desbiens


Jean-Paul Desbiens

Jacques Dufresne





En marge de la Conférence de Glasgow