Sonnet Watteau

Jean Richepin
XII

    Sonnet Watteau


Celle-là ne connaît ni jeûnes ni vigiles.
Elle est sur l'herbe, auprès des débris d'un festin.
Son nez moqueur a l'air de narguer le destin.
Elle épluche des fruits avec ses doigts agiles.

Au loin vogue un bateau dont les agrès fragiles
Tendent dans le ciel bleu des voiles de satin.
C'est lui qui va mener au pays clandestin
La troupe d'Arlequins, de Bergers et de Gilles.

A quoi songe la belle enfant aux doigts rosés?
Sur sa bouche rieuse où chantent des baisers
Elle écrase les sœurs de ses lèvres, les fraises.

Et dans son blanc peignoir fleuri de falbalas.
Elle ressemble au beau nuage plein de braises
Qui monte de Cythère, à l'horizon, là-bas.

Autres articles associés à ce dossier

Watteau

Albert Samain


L'Embarquement pour Cythère

Théophile Gautier


Un voyage à Cythère

Gérard de Nerval


Article «Watteau» de la Grande Encyclopédie

G. Lafenestre

Article «Watteau» publié dans la Grande Encyclopédie (1885-1902).

Antoine Watteau

Marcel Proust


Rêve de Watteau

Émile Nelligan


À lire également du même auteur

Oiseaux de passage
Aux valeurs conventionnelles du bourgeois immobile, le poète oppose ses propres valeurs, fondées s

Ballade Ponchon
De Jean Richepin et Maurice Bouchor, Raoul Ponchon disait: «ces plus que frères.»




En marge de la Conférence de Glasgow