La Commémorite

Miguel Zamacoïs
Ce texte, écrit au début du 20e siècle, décrit une situation qui est toujours la nôtre.
La Commémorite, puisqu’il faut l’appeler par son nom, ce mal qui commence à répandre la terreur, c’est la maladie de la commémoration. Elle sévit principalement dans le domaine de la littérature. Longtemps ce microbe ne suscita des accès de « panagyrisme » (ou fièvre des discours laudatifs) que dans des occasions exceptionnelles: il lui fallait le bouillon de culture d’un centenaire.

Les temps sont venus de la vie littéraire difficile, de la concurrence effrénée, de la publicité à outrance. Dans la grande danse de la réclame, on réserve leur place malgré eux aux pauvres morts. Les prétextes à commémorations sont innombrables et indéfiniment renouvelables. C’est la mort de celui-ci, la naissance de celui-là, ou du même; l’érection de la statue sur la place publique et du buste au cimetière; le baptême de la rue et l’inauguration municipale de la plaque bleue; le carré de marbre gravé d’une inscription sur la maison natale ou sur la maison mortuaire, ou sur l’immeuble qui les remplace, etc. M. Miguel Zamacoïs prévoit plaisamment le temps où l’on verra des commémorations au sujet de l’apposition de la plaque sur la maison de campagne du faiseur de géorgiques, au sujet de l’arbre qui l’abrita du soleil, sur le vase brisé qu’il a immortalisé, sur la petite épicerie de Mont-Rouge qu’il a rendue célèbre, sur le café où il dégusta trente ans son apéritif, sur le yacht de Maupassant, la ruche de Maeterlinck, etc. Et les dates d’apparition de chefs-d’œuvre, de centième mille d’éditions vulgarisatrice, etc…

Il faut portant être juste! Il faut rendre hommage à l’abnégation des organisateurs infatigables de commémorations, qui consentent à perdre pour les autres un temps précieux. Il faut plaindre aussi les commémorateurs malgré eux, ceux qui ne peuvent s’abstenir de par leur grandeur ou leurs fonctions officielles. Et puis les commémorations littéraires ont du bon : elles donnent à une foule de gens qui ne s’en souciaient guère l’idée de lire les œuvres des commémorés.

Autres articles associés à ce dossier

Considérations inactuelles sur le culte des anniversaires

Marc Chevrier

Compte rendu de l'ouvrage de William Johnston: Post-modernisme et Bimillénaire, Le culte des anniversaires dans la culture contemporaine, Presses uni




Articles récents

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.