Faits saillants, 30 novembre 2021

Gérard Croteau

La ville de New York veut être en mesure de prévoir plus longtemps à l'avance des incidents météorologiques comme celui qui a causé l'inondation du métro et entraîné des pertes de vies. - Malgré La Niña qui devrait avoir un effet rafraichissant, la température globale restera au-dessus des normales au cours des prochains mois. - L'augmentation des chutes de neiges dans la zone arctique au cours des prochaines décennies sera un changement majeur pour cet écosystème et un défi crucial pour plusieurs des espèces qui y vivent. - Les pluies diluviennes qui sont tombées en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse semblent mettre en cause les changements climatiques.

Extraits de la revue de presse de l’American Meteorological Society
Un avertissement d'inondation-éclair a été émis à New York en septembre mais n'a pas pu empêcher l'inondation du métro ni les pertes de vie.  La ville a donc décidé d'engager des services météorologiques commerciaux avec l'espoir de gagner un préavis plus long avant les événements extrêmes et des détails plus précis sur les conséquences à prévoir.  https://www.npr.org/transcripts/1059600355

Malgré La Niña qui s'installe, et qui devrait avoir un effet rafraichissant, la température globale restera au-dessus des normales au cours des prochains mois.  Pour l'année 2021, les conséquences de La Niña de l'hiver dernier sont que l'année figurera parmi les dix plus chaudes plutôt que la plus chaude.  On voit donc que le réchauffement se poursuit. https://phys.org/news/2021-11-above-average-temperatures-la-nina.html

Les huit pires années pour les feux de forêt dans le monde, quant à la surface totale brûlée, sont survenues dans les dix dernières années.  Il ne s'agit donc pas d'un hasard mais plutôt d'une tendance significative.  La chaleur et la sécheresse favorisent les incendies en étendue et en intensité, de sorte que les changements climatiques supportent cette tendance. https://www.sciencedaily.com/releases/2021/11/211129122718.htm

Extraits de la revue de presse d’Environnement et changement climatique Canada
L'analyse de la signature chimique des micro-organismes marins sédimentaires entre le Groenland et l'archipel de Svalbard, là où les eaux des océans Arctique et Atlantique se rencontrent, indique que le réchauffement de l'Arctique a commencé dès l'an 1900, soit bien avant l'ère satellitaire.   L'expansion des eaux chaudes et salées de l'Atlantique vers le nord a causé une hausse de température de 2 degrés en un peu plus d'un siècle.  Cette région est donc encore plus sensible aux perturbations climatiques qu'on ne le croyait jusqu'à maintenant.  https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1842518/ocean-arctique-rechauffement-climatique-fonte-glace

La zone arctique pourrait bien recevoir davantage de pluie que de neige dans 30 ans, soit 20 ans plus tôt que les estimations antérieures. Ce serait un changement majeur pour cet écosystème et un défi crucial pour plusieurs des espèces qui y vivent. Il y aura bien sûr de la neige en hiver mais c'est surtout en automne qu'on verra les plus grands changements. https://www.cbc.ca/news/canada/north/arctic-rain-dominated-estimate-1.6267231

On connaît certains des principaux effets des changements climatiques mais il en reste qui ont échappé à notre radar.  Par exemple, personne n'avait pensé à la pénurie d'arbres de Noël, à une panne électrique préventive en Californie pour le congé de la "Thanksgiving", ou à une invasion de scorpions en Égypte provoquant des centaines de piqûres.  Pourtant, à l'analyse, on peut faire le lien entre ces événements et les changements climatiques. https://financialpost.com/pmn/business-pmn/nobody-mentioned-scorpions-global-warmings-secondary-effects-sting

La Colombie Britannique était encore la cible de pluies diluviennes la semaine dernière alors qu'une puissante tempête déversait des trombes d'eau sur les provinces de la côte atlantique.  On a observé des débordements et des portions de routes emportées ou devenues inutilisables, et jusqu'à 278 mm de pluie en Nouvelle-Écosse.  La combinaison de ces événements aux deux extrémités du Canada ressemble à un indice comme quoi il ne s'agit pas d'un hasard.  https://globalnews.ca/news/8401475/ns-by-the-numbers-fall-storm-rain/

Extrait

On a observé des débordements et des portions de routes emportées ou devenues inutilisables, et jusqu'à 278 mm de pluie en Nouvelle-Écosse.  La combinaison de ces événements aux deux extrémités du Canada ressemble à un indice comme quoi il ne s'agit pas d'un hasard. 

Publications récentes


Dérèglements climatiques

La gestion de l'urgence climatique et le Canada? un désastre!!!
Robert Mailhot
En 2020, le Canada s'est classé au 55e rang des 61 pays évalués au niveau d

Climat et mondialisation: les États-Unis à la croisée des chemins
Robert Mailhot
Il y a plus d’un an déjà, j’étais persuadé que les enjeux cl

Les dérèglements climatiques 3, L’atmosphère et les océans
Robert Mailhot
Voici le troisième volet de Belle et fragile, la fresque scientifique de Robert Mailhot sur l

Dérèglements climatiques, les régions polaires
Robert Mailhot
 Voici, dans ce premier article, un aperçu des découvertes scientifiques qui, au




En marge de la Conférence de Glasgow