Utopia

Pierrette Laperle

       La planète bleue s'éclaire d'un sourire. Le soleil vert a disparu. Un ciel bleu poudré de nuages. Les mers ont perdu leurs reflets glauques, poisseux,  étendant leurs marées écumeuses comme des naïades allongées sur les plages de sable blanc.  

  L'Antarctique n'est plus menacée par la surchauffe du climat. Les icebergs ont ralenti  leur descente vertigineuse.  Les Îles de la Madeleine ne tremblent plus devant le danger  d'être englouties à tout jamais. Les banquises de glace comme des trottoirs de villes accueillent les ours polaires pour gober leur portion de poissons gras…Le pergélisol ne libère plus son méthane mortel.

        Les milieux humides soupirent d'aise. Ne craignant plus d'être enterrés par des pelles mécaniques, ils sont maintenant reconnus comme des micro-usines d'épuration des eaux usées, des régulateurs des écosystèmes… Dans leurs habits vert fluo, les rainettes faux-grillon se prélassent au soleil, jasent les soirs de lune sans crainte d'être exterminées au profit de condos de luxe. 

        Le soleil danse en roulant sur l'horizon. Dans une joyeuse farandole, la lune attend  son tour,  la nuit venue, pour étirer ses fils d'argent sur les océans. Fleurissent des jardins d'Eden aux balcons des villes jadis assiégées, Bagdad, Téhéran, Kaboul, Sarajevo,  Alep. Les burkas, les hijabs accrochés aux branches des arbres flottent dans le vent comme des drapeaux en liberté. Les femmes à visage découvert marchent dans les rues enceintes d'espérance.  Dans l'ombre paisible des cimetières reposent un arsenal de kalachnikovs des tyrans maintenant disparus. 

        Le commerce de l'eau, richesse collective a  été frappée d'interdiction. Comme l'air. Comme le vent. Les éoliennes telles des colombes, présages de paix,  bercent  leurs ailes blanches au large des rives côtières. 

         Le petit Prince lumineux, assis sur une haute dune du Désert aux oasis fleuris,  les mains en visière, scrute l'horizon. La Terre des hommes, astiquée, polie, briquée. Maintenant vivante. 

        Il a fallu que les enfants d'hommes puissants meurent empoisonnés en buvant de l'eau, meurent étouffés en jouant dans leurs carrés de sable bitumineux pour que ces bien-nantis mettent leur puissance au service de la Terre/mère. Masqués, barricadés, hyper-protégés derrière leurs barbelés, les possédants, malgré tout le fric entassé dans leurs  paradis d'enfer, ne pouvaient plus se soustraire aux effets mortels de leurs méga-réussites. Coincés comme des rats dans leurs châteaux.     

 

Lancé fut le mot d'ordre mondial : 

À bas le PIB(produit intérieur brut) 

Vive le BIB (bonheur intérieur brut).

 

 
Ce mois de Mai de l'an  2080

 

Femme aux ailes de vent, petite-fille de Gaia.

       

À lire également du même auteur

Je suis un soir d'été
Pierrette Laperle fait partie de ces écrivains amis à qui nous avons demandé de participer à nos




Articles récents

  •  

    Ukraine, une guerre de religion fatale pour la religion

    Marc Chevrier
    Le Kremlin a refusé à la mi-décembre d’envisager à Noël une trêve de sa guerre en Ukraine, ce qui entre p

  •  

    Mourir sagement ou chrétiennement ? Socrate et le Christ

    Richard Lussier
    Difficile d’être plus vrai et plus dense sur un sujet si fondamental et si controversé  

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.