La joie

Pierre Vadeboncoeur
« Il y a un esprit de joie et un esprit de bonheur, comme il y a un esprit d'amour et un esprit de possession. Il y a un esprit de joie et un esprit de bonheur comme il y a un esprit de prière et un esprit de demande ou de réclamation. Le bonheur est senti comme une chose à garder et à défendre, tandis que le sentiment de joie est essentiellement distributif. La joie n'est pas une chose que l'on tient et que l'on s'approprie, mais une chose que l'on annonce. La joie est une révélation plus qu'un don, et le sentiment d'une vérité heureuse plutôt que celui d'un état bienheureux. Le secret contenu dans la joie ne s'adresse pas plus à celui qui la ressent qu'aux autres, mais également ; c'est pourquoi elle s'annonce et se donne, tandis que le bonheur est incommunicable si ce n'est à ceux qui sont heureux. [...]

Le bonheur est bourgeois, et celui qui le possède dans l'esprit même trahit en quelque manière l'homme, et bien autre chose que l'homme. Le bonheur est l'affaire d'un homme ; la joie est celle de plus d'un homme, et aussi de l'Homme, et, d'une manière générale, de l'univers entier. [...]

On conçoit aisément qu'il y ait des choses supérieures au bonheur, mais on ne pense pas cela de la joie. Il n'y a pas de bonheur mystique, si ce n'est par dérivation. Le bonheur n'est pas grand. Il ne contient et ne prépare aucune grande pensée. Inversement, les grandes pensées font naître la joie, non le bonheur. Le bonheur diffère la pensée ; c'est un état où celle-ci est superflue et dans lequel il s'agit avant tout de conserver les dispositions où l'on se trouve. L'indifférence pour la pensée est même un des caractères les plus remarquables du bonheur. Dans celui-ci, les choses particulières et passagères gardent toute leur importance. [...]

Le bonheur est un sentiment que l'âme éprouve comme sujet à toutes les contingences. Ce qui menace l'homme menace du même coup le bonheur et le trouble par la seule possibilité d'une contrariété. [...]

La joie est une paix, et tous les états antérieurs semblent alors instables, provisoires, succédanés ; elle délivre de la nécessité de toute démarche, et l'âme y paraît avoir pris sa position naturelle, son pli. Il ne s'agit plus de passer de cet état à un autre, comme c'était le cas pour tous les autres sentiments, y compris celui du bonheur, qui souhaite toujours de passer de l'état aléatoire à l'état assuré, et qui, du reste, ne satisfait point l'âme. La joie est l'état le meilleur de l'âme et son visage nu. L'âme se trouve alors comme tirée des conditions de l'existence contre lesquelles elle lutte d'ordinaire, et qui lui donnent par réaction ses diverses figures, y compris celle du bonheur.

La joie est humble, et elle n'engendre pas dans l'homme le désir de comparer son état à celui des hommes qui l'environnent, ce qui la distingue des sentiments qui suivent un succès ou un événement de nature à donner sur autrui un avantage quelconque. La joie ne se préfère pas aux autres états d'âme tellement pour le bien-être qu'elle procure que pour le sens qui s'en dégage. Elle n'est pas sentie comme un avantage, mais comme une grâce. Le bonheur au contraire excite l'envie. L'esprit de bonheur est un esprit de lutte et d'arrivisme. Il suppose des réalisations quelconques : il est réaliste. On y aspire par la passion tandis que la joie, on ne l'atteint que par sagesse, amour et religion. On aspire au bonheur, mais on arrive à la joie. »

Autres articles associés à ce dossier

Joie

William Blake


Pensées pour la suite des jours (extraits)

Prince Vladimir I. Ghika

«Traiter de la vie spirituelle pour le grand public, quelle entreprise risquée! Quelle étrange prétention!. Rien n'est plus facile en soi, rien ne

À lire également du même auteur

Lorsque Montréal parlait
Cet article a paru en 1977, dans le numéro 17 de la revue Critère. Pierre Vadeboncoeur y évoque l

La troisième Amérique
Qu'est-ce qu'un Québécois? Que ça plaise ou non, l'auteur l'affirme au moins clairement: nous som




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ